La vidéo TEDx de 12 minutes a été enregistrée en 2021 par le conférencier Côme Girschig pour définir le pourquoi et l’évidence des quotas carbone individuels. Il propose une nouvelle conférence enregistrée lors de ChangeNow parmi nos ressources.

                     Nous, acteurs de tous horizons, porteurs de l’idée de rationnement de nos consommations émettrices de carbone et plus largement défenseurs de notre environnement, pensons que le temps est venu d’unir nos forces, nos expériences, notre énergie pour proposer et initier la mise en place du compte carbone* en France et au-delà, le plus rapidement possible.

Notre engagement de coopération les uns vis à vis des autres s’exprime à travers le soutien de la présente charte.

1. Les fondamentaux du compte carbone :

Les alliés de compte carbone souscrivent aux fondamentaux suivants :

1. Le compte carbone individuel vise à plafonner les émissions globales de CO2 annuelles d’une population donnée (à commencer par la France) et à réduire ces émissions de 6% chaque année jusqu’à la neutralité en 2050, en dotant chacun d’un budget égalitaire.

2. Le budget individuel permet à chacun de faire ses propres choix librement, en pleine responsabilité, en respect de son quota.

3. Par un mécanisme démocratiquement encadré, il permet la valorisation monétaire de la sobriété carbone des moins émetteurs et la possibilité de rachat de quotas par les plus émetteurs, dans la limite des quotas disponibles.

4. Il porte une obligation de registre carbone pour les entreprises et services publics pour la circulation contrôlée des contenus carbone.

5. Le système proposé est un outil transpartisan.


2 – Une charte pourquoi ?

La charte d’alliance du compte carbone permet de rassembler, autour d’une base commune, toutes les initiatives autour de cette idée de compte, quota, allocation ou budget carbone individuel et qui se reconnaissent dans les 5 piliers énoncés ci-dessus.

La charte fixe les fondamentaux du compte carbone mais laisse ouvert à la créativité de tous, les règles d’encadrement et les modalités de mises en œuvre du système comme par exemple et entre autres :

• La définition et le fonctionnement des organes chargés des achats/vente

• La maille du quota : mensuelle, annuelle, autre ?

• La nécessité de brider les plus gros consommateurs et comment,

• S’il faut empêcher de capitaliser les points carbone d’une année sur l’autre, ou autoriser d’en garder et combien,

• Comment adosser ce mécanisme aux modes de financement proposés par certaines ONG,

• Comment suivre la dépense carbone : portage sur carte bancaire ? flashcode ?

• Etc…

Ce corpus de propositions, où tous les courants de pensée pourront s’exprimer, pourrait ensuite devenir un vivier à disposition des politiques qui s’empareront du sujet.

Cette charte est le garant d’un rassemblement le plus large possible autour du concept de base dans un esprit de coopération et de respect mutuel et pourra d’ailleurs évoluer avec le temps et les participations au fur et à mesure de la maturation du sujet.


3 – Les valeurs communes

Les alliés se reconnaissent dans des principes éthiques communs qu’ils s’engagent à mettre en pratique :

• L’engagement pour la préservation du vivant et de l’habitabilité de la planète

• L’envie d’agir concrètement et en coopération avec les autres membres de l’Alliance

• L’écoute et le dialogue, la contribution de chacun étant accueillie avec respect et bienveillance

• La mobilisation autour d’un projet pour le bien commun


4 – les moyens de l’alliance

L’alliance définie ici peut être soutenue par toutes les organisations signataires, selon leurs possibilités, pour financer une communication unifiée fondée sur la charte, le fonctionnement, les opérations de démonstration ou d’intervention, elle peut se doter de ressources propres par des financements externes.

L’alliance peut se doter d’un comité d’organisation où chaque organisation peut déléguer des membres actifs se réunissant régulièrement (4 à 6 fois/an) pour suivre les projets en cours et décider d’actions communes.

L’alliance se reconnait dans le présent site du comptecarbone.cc

L’alliance définit des facilités de travail adaptées telles que, par exemple :

• Une boucle de messages instantanés (Signal), une framaliste et un annuaire intégrés

• un agenda partagé

• une base de connaissance et d’outils de communication commune indexée selon une nomenclature définie en commun.


5 – Les alliés signataires de la charte :

Coordinatrice de la charte : Valérie Cohen

Pour l’association escape-jobs pour l’emploi sans carbone porteuse du site de l’ www.agencecarbone.fr son président fondateur Armel Prieur :

Pour Alternité, Yannick Roudaut éditeur-conférencier :

Pour Citego, son président-fondateur Pierre Calame

Pour le collectif www.allocationclimat.fr Vianney Languille coordinateur :

Pour Together, Samuel Thirion président :

Pour DDCM Développement Durable en Corbières-Minervois, Bertrand Claverie :

Pour Ecolocal, Joël Aubé

Pour le partenaire britannique EcoCore, Adam Hardy son délégué

Pour Ar Nevez, porteur de politique de territoire en Bretagne, son co-président Robert Jestin

Bernard Fortier,

Philippe Lauret,

Tickarbone représenté par son fondateur Guillaume Desrocques,

Pour e.graine, François Bernard,

Pour MaPetitePlanète, Clément Debosque,

Pour AICargo, Antoine Du Sorbier,


* Rappelons notre VISION :

Puisque nous sommes tous les locataires d’un monde qui n’a pas de prix, de la plus belle planète qui soit, nous devons pouvoir compter les uns sur les autres et plus seulement en euros.

Notre impact sur la terre est devenu trop lourd, l’action humaine a éradiqué une partie de la biodiversité, du vivant, des ressources dont nous sommes dépendants pour pouvoir habiter harmonieusement la planète.

Le niveau des émissions de CO2 est un des nombreux facteurs qui contribuent à cette destruction mais c’est aussi un facteur sur lequel nous pouvons agir. Il faut pour cela le connaître, le calculer, le contenir, pour que chacun puisse faire sa part afin de préserver la vie, le vivant tout simplement.

Les 610 millions de tonnes de CO2équivalent dont la France est responsable annuellement font 9 tonnes par personne et par an, et nous devons atteindre moins de 100 millions de tonnes en 2050 soit une réduction de l’ordre de 80% en moins de 30 ans.

Pour ce faire, une idée simple : le compte carbone individuel. Un budget égalitaire démarrant à 9t/pers en réduction progressive de 6% par an jusqu’en 2050, validé par les 4 critères issus des assises du climat.

Le compte carbone est un levier puissant de décarbonation de notre économie : si 100% des consommateurs demandent des produits de moins en moins carbonés pour respecter leur budget annuel, les entreprises et les services publics devront décarboner leur offre, créant ainsi une boucle vertueuse naturelle.

Le compte carbone est un système qui comportera certes des contraintes – mais moins que les contraintes qui nous attendent si l’on continue sur notre pente d’émissions actuelles – mais il n’est ni punitif ni culpabilisant. Chacun pourra faire ses arbitrages de consommation dans les limites d’une enveloppe définie chaque année et valable pour tous.

Aujourd’hui, la majorité des français est bien en dessous de la moyenne (et donc du quota de départ). Les plus riches qui seront déficitaires pourront acheter des surplus à une autorité de régulation qui achètera les excédents des plus sobres.

Ainsi s’opérera un équilibrage des besoins de chacun en euros et en carbone, ce qui réduira mécaniquement les inégalités tout en garantissant chaque année le non-dépassement des engagements.

Cet objectif ne doit cependant pas nous affranchir d’un effort parallèle de sauvegarde de la biodiversité : il s’inscrit dans une recherche plus large de modes de vie respectant les limites planétaires et la préservation du vivant, seule garantie de notre survie.

Repoussons donc, ensemble, l’angoisse climatique puisque l’improbable peut désormais surgir comme un virus, et faisons d’un simple porte-monnaie individuel d’émissions de carbone attribué à chacune et chacun, notre planche de salut.

Rejoignons maintenant le Compte Carbone,

                    en prenant conscience, avant qu’il ne soit trop tard,

                                           que la vraie richesse n’est pas sur Mars,

                                                                               mais ici-bas.